Angleterre  -  heavy / metal / progressif  - **

 


Enochian Theory  œuvre dans un style que l’on pourrait, en première approche,
inscrire dans la lignée de  
Porcupine Tree  ou  Opeth , voire pour remonter
dans le temps de  
Pink Floyd . On pourrait encore citer  Anathema  ou
Devin Townsend , mais cela serait très réducteur de se limiter à des références,
car le trio a su bâtir son propre univers, très particulier, au moins en terme de
construction. Pas de structure classique à base de refrain, couplet, soli,
la théorie d’
Enochian  s’appuie sur une évolution  graduelle entre ambiances
atmosphériques, calmes, froides parfois, aux
ambiances le plus souvent mélancoliques et d’autres beaucoup plus tourmentées, voire noires et death
metal, le tout
très axé sur la guitare. Autant dire que rentrer dans cet univers demande une attention particulière et ne pourra se programmer qu’à certains moments favorables, moyennant quoi je suis arrivé à y trouver quelques plaisirs.
Cet album  s'adresse avant toute chose aux amateurs de progressif ayant une
certaine ouverture culturelle, et nécessite quelques écoutes avant d’apprivoiser 
et digérer toutes les subtilités des structures mélodiques.
 

 

MUSICIENS

 
   -
 Ben Harris  Hayes  -  chant, guitare -
   -  
Shaun  Rayment  -  basse -
   -  
Sam  Street  -  batterie & percussions -
   -  
The Lost Orchestra  -  pianos, synthétiseurs,
       extra sounds & orchestral performance -
 

 http://www.enochiantheory.co.uk/
http://www.myspace.com/enochiantheoryband  

    

 

Evolution Creatio Ex Nihilio  ( 2010 )

 titres : Every Ending Has A Beginning…,
             The Dimensionless Monologue :- Tedium (i),
              - The Dimensionless Monologue (ii),
              - T.D.M (iii), At Great Odds With…,
             Apathia, Triumvirate, Movement,
             After The Movement, Waves of Ascension,
             The Fire Around The Lotus,
             The Living Continuum,
             A Monument To The Death Of An Idea.

 

retour E